En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Plus d'informations sur les cookies
OK
COMMEMORATION - APPEL DU 18 JUIN 1940
 
Le 18 juin 1940 au soir, trente heures après l’allocution de Pétain affirmant qu’il faut cesser le combat, un général au nom prédestiné, de Gaulle, y oppose de Londres le premier refus.
Son appel, peu entendu en France, connu néanmoins, plusieurs journaux des régions non occupées par l’ennemi l’ont reproduit ou résumé, cet appel se veut être un acte de raison autant qu’un acte de foi. Selon le général de Gaulle la défaite française n’est qu’un avatar et il énonce les raisons d’espérer car cette guerre est une guerre mondiale. Il en déduit le devoir de lutter et le mot Résistance fait son entrée dans le vocabulaire politique national.
L’appel du 18 juin, saisissant par la promptitude de la riposte et par sa rigueur prophétique n’a été autorisé qu’in extremis et avec réserves par le gouvernement britannique qui espérait encore dans les dirigeants français.
 
Appel du Général de GAULLE prononcé à la radio de Londres le 18 juin 1940

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat. Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître? La défaite est-elle définitive?

Non! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis.

Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là. Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas. Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres.

42576 visites
<Calendrier>
Janvier 2018
Météo
a3w.fr © 2018 - Informations légales - herqueville27.a3w.fr